La production de la viande hachée selon les réglementations européennes

Industrie

La production de viande hachée est soumise à des règles strictes selon les réglementations européennes afin de garantir la qualité et la sécurité alimentaire. De la provenance aux procédés de hachage, chaque étape compte dans le respect de ces exigences. Que disent les codifications sur les processus de hachage ? Qu’est-ce que la proportionnalité dans ce domaine ? Pourquoi la traçabilité est-elle si importante ? Quels sont les agréments requis pour les ateliers ?

Les réglementations sur les opérations de hachage des viandes

Selon les directives de l’Union européenne, le processus de hachage obéit à des règles strictes. Leur respect nécessite une attention particulière lors de chaque étape de l’opération. La sélection de la chair doit être, en premier lieu, réalisée avec soin. Seuls les animaux sains, abattus dans des conditions hygiéniques, servent de matière première. Les coupes choisies peuvent varier, mais elles doivent toujours rester fraîches et exemptes de défauts.

Les processus sont par ailleurs effectués de manière optimale pour prévenir les risques de contamination. Les machines de séparation utilisées, telles que la dénerveuse à viande, doivent être de qualité supérieure. Pour ce faire, il est conseillé de les acheter chez un fabricant ayant une bonne réputation. Les normes requièrent aussi que ces appareils soient régulièrement nettoyés et désinfectés.

Les travailleurs, pour leur part, sont éduqués et tenus de se conformer à des règles strictes d’hygiène personnelle. Après le hachage, la viande est en général emballée et étiquetée. Même si tous les règlements sont respectés, ce type d’aliment est périssable. Il est ainsi manipulé avec soin. Sa consommation rapide est recommandée après une bonne cuisson.

Le respect des proportions

Les réglementations européennes soulignent l’importance d’une distribution uniforme des différentes sortes de denrées. Pour respecter les normes et assurer un goût optimal du produit final, vous devez maintenir continuellement un équilibre lors du hachage.

Lire :  THERP : Technique de prédiction du taux d'erreur humaine

Chaque type de viande a ses propres nuances. Les bovins ont un goût robuste et copieux, tandis que le porc est plus doux et moelleux. Les quantités correctes créent un mélange de saveurs harmonieux, délectable pour le consommateur.

Respecter les règlements est également indispensable pour obtenir la valeur nutritionnelle appropriée. Les différentes viandes ont des profils nutritifs distincts. Une quantité modérée favorise l’ingestion équilibrée des protéines, des gras et des micronutriments.

La proportionnalité s’étend aux matières grasses. La législation européenne impose des limites strictes sur la teneur en graisse de la viande hachée afin d’assurer la santé de la population. Il est ainsi nécessaire de contrôler minutieusement les répartitions lors de la production.

production viande hachée réglementation européenne industrie machines dénerveuse séparation

La traçabilité des viandes

Les réglementations garantissent le suivi des différents morceaux depuis leur origine jusqu’à l’élaboration du produit final. Cette démarche assure la transparence nécessaire pour maintenir la confiance des consommateurs dans la qualité et la sécurité des aliments carnés. La traçabilité permet ainsi de connaître l’animal dont provient la viande. Chaque bête est répertoriée avec un numéro d’identification unique qui éclaire sur :

  • son âge,
  • son sexe,
  • sa race,
  • le lieu et la date de son abattage.

Ces données garantissent l’intégration dans le processus des produits qui répondent réellement aux normes. Le suivi englobe les différentes étapes de transformation. Du hachage à l’emballage, chacun est enregistré et tracé. Les renseignements sauvegardés incluent des précisions sur le personnel impliqué, les moments où les opérations sont effectuées ainsi que les conditions de température et d’hygiène. Le procédé s’étend même jusqu’au point de vente. C’est pour cette raison que l’aliment est étiqueté avec des informations détaillées.

La traçabilité est par ailleurs un outil précieux pour la prévention et le contrôle des maladies. En cas de suspicion de contamination, l’intégralité du parcours est analysée pour identifier l’origine du problème et mettre en place des mesures correctives.

Lire :  Nomenclature (BOM Bill of Materials)

Les conditions sanitaires des ateliers

Les lieux de production répondent à des normes très strictes pour assurer la protection des consommateurs. Toute la surface de travail, y compris l’équipement, les ustensiles et les tables de coupe, doit être propre. Un entretien parfait empêche la propagation de germes pathogènes.

La gestion optimale des déchets est également un aspect fondamental. Les résidus ainsi que les autres détritus sont collectés et éliminés avec soin pour éviter tout risque de contamination croisée. L’humidité étant aussi un facteur contribuant à la croissance des bactéries, il est impératif de maintenir le cadre sec et bien aéré.

La température des locaux est par ailleurs un élément clé. Suivant les directives, la viande est conservée à des niveaux inférieurs à quatre degrés Celsius. Cette température inhibe le développement des nuisibles et garantit la fraîcheur du produit. L’accès à l’atelier est limité au personnel qualifié, qui a reçu une formation adéquate en matière d’hygiène. Ces employés portent des vêtements de protection tels que des gants, des bonnets et des tabliers, qui sont régulièrement nettoyés et désinfectés.

Le site industriel respecte aussi des normes précises. Les murs, les sols et les plafonds sont édifiés avec des matériaux résistants, faciles à laver et non absorbants. L’éclairage, pour sa part, est bien structuré pour permettre un suivi rigoureux de la propreté. Le bâtiment possède un système de vérification efficace qui aide à examiner continuellement l’adhésion aux règlements sanitaires et la conformité des produits. Il inclut une documentation appropriée, des contrôles réguliers et des audits par des organismes externes.

alimentaire appareil équipement os dénervage séparateur

Les agréments des ateliers de viande

Toute entreprise alimentaire doit avoir un accord délivré par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Elle doit aussi avoir un agrément de traçabilité qui prouve sa capacité à suivre chaque morceau. Selon le type de viande hachée produite, des autorisations spécifiques peuvent être nécessaires.

La demande d’une approbation débute par le dépôt d’un dossier complet auprès de l’organisme habilité. Il détaille les différentes étapes du processus de fabrication pour faciliter l’examen de conformité avec les directives européennes.

Lire :  Le fonctionnement du FTBF : Fonction de Transfert en Boucle Fermée

L’accord est délivré à la suite d’un audit rigoureux des infrastructures par des inspecteurs qualifiés. Ils évaluent le respect des normes d’hygiène, la qualité de l’équipement, la formation du personnel, le plan de management des risques et le mécanisme de traçabilité. Ils vérifient également la présence d’un système de gestion efficace.

L’obtention d’un agrément n’est toutefois que le début d’un processus continu. Pour maintenir leur autorisation, les ateliers sont soumis à des inspections régulières. Ces contrôles périodiques assurent la conformité aux règlements et la livraison d’excellents produits. Si des manquements sont constatés, des mesures correctives sont immédiatement exigées et des sanctions, pouvant aller à la suspension de la permission, peuvent être appliquées.

L’importance de l’étiquetage de la viande hachée

Les renseignements sur les spécificités des divers produits assurent une communication précise et transparente. Pour ce faire, vous devez proposer une bonne nomenclature à vos consommateurs. Grâce aux informations minutieusement fournies, ils prennent de meilleures décisions lors de leurs achats. Les étiquettes comportent plusieurs détails relatifs à la denrée. On y retrouve, par exemple, le type de viande utilisée et les mentions concernant la proportion de gras, etc.

Les directives de l’Union européenne insistent également sur l’importance de l’affichage de la date de péremption. Son respect s’avère indispensable pour éviter les risques liés à la consommation de nourriture avariée. Le lieu et le moment de l’abattage de l’animal donnent aussi des précisions sur la fraîcheur du produit.

L’indication des conditions de conservation et de cuisson est un autre point considérable. Les directives de stockage favorisent un entreposage optimal et empêchent la prolifération de bactéries. S’agissant des conseils de préparation, ils assurent que celle-ci soit adéquate. L’étiquetage garantit par ailleurs la qualité de la denrée. La présence d’un numéro d’agrément témoigne de la conformité de l’établissement aux normes d’hygiène rigoureuses imposées par les autorités sanitaires.

Laisser un commentaire